Google+ Followers

Friday, 29 April 2016

COWBOYS DANCE COUNTRY SHOW




MUSIQUE Turn it on, turn it up, turn me loose 


- heidi Hauge

           

Saturday, 23 April 2016

ROGER MICHEL PETIT

youtube    

                             ARTISTE ROGER MICHEL PETIT
DESSIN AU CRAYON ET AU BROU DE NOIX
156 Bd DE LA LIBERATION MARSEILLE 13001
TEL:06.29.25.56.17
****************************************
ROGER MICHEL PETIT et CATHIE
EXPOSE du 1 MAI au 30 Juin 2016
2 place Gabriel Péri (métro vieux Port ) MARSEILLE
vernissage le 12 mai à 18 H sur reservation au
06.03.56.56.24

Thursday, 14 April 2016

PAINT CLAUDE DUBOIS

                   
                         PEINTURE DE CLAUDE  DUBOIS                        
                            МАСЛОМКлода Дюбуа  CLAUDE DUBOISの油絵      

                           زيت صورة زيتية كلود دوبوا      Ölgemälde von CLAUDE DUBOIS

                         Pintura al óleo de CLAUDE DUBOIS   CLAUDE DUBOIS油畫

                          Oljemaleri til Claude DUBOIS      क्लाड DUBOIS के तेल चित्रकला

      https://youtu.be/MK31JtwJJrY

ATELIER STUDIO MASSALIA






            ATELIER STUDIO   MASSALIA  

                               http://www.claude-dubois.odexpo.com

   
                       
     Artist: claude dubois

Biography of the artist :

Biography and Career in Art :
Specializations
(jewelry designer) and (painter - photographer)
Biography and artist statement
Biography

painter for 53 years, research has fractal 1956




The artist :

FINE ARTS, 1956 1961
Honorary Member of the Academy of Our Fathers
London (England )
Diploma di Italia 2004 Merito
Holder of 15 international awards
Early career of the painter Claude Dubois in 1968 in Montreal Canada. 



His art :

His painting is between the Byzantine mosaic and
digitalisation of the electronic image, since this 1957.
His work begins with a study on paper in watercolor,
without prior route, in a style with small panes which
is personal.
A painting takes three to eight months travail.Son style
is to play on different levels and forms of
tiles of various sizes, to give perspective.
The play of colors across the square from different
complete the forms and increase the depth of the subject.

GROUP EXHIBITION:
VITTEL1982
ROYAN1983
BEZIERS1983
ARLES1984
AIX-enPROVENCE 1984
BARCELONA (Spain) Festival
ART1984
LONDON 1984
ARLES1985
AIX-EN-PROVENCE1985
Avignon Popes' Palace 1985
LONDON 1985,1985,1986,1987
MONTREAL (Canada)1989
NIMES 1990
STRASBOURG European Parliament 1991
NEW YORK 1992

CHICAGO (United States)1992
DUBAI (UAE Federation)1992
LAS VEGAS (United States)1993
NEW YORK 1993
PRAGUE 1993
HONG KONG 1994
SOLOTHURN, Messinia, BIEL (SWITZERLAND) 1994
Mexico 1996
ZURICH Auctions 1996
CANADIAN PARLIAMENT 1998,1999



SOLO EXHIBITIONS :


Montreal (Canada ) 1968 - 1969.
London (England ) 1985 - 1986 - 1987.
Marseille (France) Retrospective: 25 Years of Painting 1988
Montéal 1997a2001
Parchment Gallery
exposed continuously
in Old Montreal
50st, west stpaul h2y1y8
PQ Canada
Marseille (France) from October 1 to 28, 2011 Gallery AGREEMENT
....................
New York
225fifth avenueNew York10010
gallery, showroom
exposes permanece
1996 to 2001
.................
ALBA presents a gallery in Italy
.................
2008 a watercolor by Claude Dubois in an Italian museum
....................................
ALBA Quotazioni Italy 2009-2010-2011
In France AKOUN 2009-2010-2011
IN CATALOGO delle Quotazioni Italy 2009-2010
-----
United States and CANADA
$350 and $500
-----
LONDON listing 1994
£ 110 TO £445
------
GROUP EXHIBITION:
VITTEL1982
ROYAN1983
BEZIERS1983
ARLES1984
AIX-enPROVENCE 1984
BARCELONA (Spain) Festival
ART1984
LONDON 1984
ARLES1985
AIX-EN-PROVENCE1985
Avignon Popes' Palace 1985
LONDON 1985,1985,1986,1987
MONTREAL (Canada)1989
NIMES 1990
STRASBOURG European Parliament 1991
NEW YORK 1992

CHICAGO (United States)1992
DUBAI (UAE Federation)1992
LAS VEGAS (United States)1993
NEW YORK 1993
PRAGUE 1993
HONG KONG 1994
SOLOTHURN, Messinia, BIEL (SWITZERLAND) 1994
Mexico 1996
ZURICH Auctions 1996
CANADIAN PARLIAMENT 1998,1999


Tableau   de Claude Dubois a droite , au Parlement Canadien (la montée des Accoules a MARSEILLE )


SOLO EXHIBITIONS :


Montreal (Canada ) 1968 - 1969.

London (England ) 1985 - 1986 - 1987.

Marseille (France) Retrospective: 25 Years of Painting 1988
Marseille (France) from October 1 to October 28 2011
Montreal, 1997a2001
Parchment Gallery
exposed continuously
in Old Montreal
50st, west stpaul h2y1y8
PQ Canada


.............the permanent exhibition

MONA LISA 1968 in Montreal Canada 1969

ROYAL GALLERY Montreal 1969

BH Corner Gallery London
of 1984
1987

Parchment Gallery Montreal Canada in 1997 2001

Michelotti Marseille gallery of 1988 1990

Gallery's permanent exhibition Madeleine Beziers in 2007 and 2OO8

NEW YORK (Showroom) Mr JP French Presence Bensadoun
225 FIFTH AVENUE Suite 709
1996 apply to permanent, 1997,1998,1999, has 2000


END of the show at the gallery in Italy ALBA 2005, and 2006
2008 a watercolor by Claude Dubois in an Italian museum
December 2008 exhibition Palerme.ltalie
2009,2010 PERMANENT EXHIBITION GALLERY AGREEMENT IN MARSEILLE
2009 2010 A PERMANENT GALLERY WICQUE PEZENAS
August 2012 donated five paintings to the museum Municipal Deodat Roché Arques
INFO ART Le journal l'indépendant ( Limoux )http://www.lindependant.fr/2012/09/03/le-peintre-claude-dubois-fait-don-de-deux-oeuvres,162296.php

The museum Arté Pozzo (Montaldeo 1560 ITALIA)1watercolor by claude Dubois

Mémoire du Catharisme Occitan , Musée du Catharisme a Mazamet rue des casernes (Tarn 81200)
tel: 05 63 61 56 56   
http://www.maison-memoires.com 
                   

PAINT CLAUDE DUBOIS


                       PEINTURE DE CLAUDE  DUBOIS 

                     МАСЛОМ Клода Дюбуа  CLAUDE DUBOISの油絵      

             زيت صورة زيتية كلود دوبوا      Ölgemälde von CLAUDE DUBOIS

     Pintura al óleo de CLAUDE DUBOIS   CLAUDE DUBOIS油畫

  Oljemaleri til Claude DUBOIS      क्लाड DUBOIS के तेल चित्रकला

Wednesday, 13 April 2016

Portrait Drawing the Girl Techniques


PUIMISSON OIL by Claude Dubois クロード・デュボアによってPUIMISSONオイル Vignerons・デ・ヴィレッジ(ラングドック)

PUIMISSON OIL by Claude Dubois
Village de Vignerons (Languedoc)

PUIMISSON OIL par Claude Dubois
Village de Vignerons (Languedoc)
クロード・デュボアによってPUIMISSONオイル
Vignerons・デ・ヴィレッジ(
ラングドック
OLI Puimisson de Claude Dubois Village de Viticultors (Llenguadoc)              क्लाउड Dubois द्वारा Puimisson तेल गांव डी vignerons (Languedoc)

Sunday, 10 April 2016

Canal du Midi ミディ運河

Pres de Beziers le canal du midi Watercolor by Claude Dubois
der Canal du Midi in der Nähe von Béziers von Claude Dubois  クロード・デュボアによってベジエ近くミディ運河 el Canal du Midi cerca de Béziers por Claude Dubois  Канал дю Миди вблизи Безье Клода Дюбуа

Friday, 8 April 2016

1st Of My Resin Horses Received

outube   

Click this link to see separate reviews of each of David Lemon's 8 Instructional DVDs as well as instructions on how to make your purchase or purchases.http://adayinthelifeofalemon.blogspot...

FILM 12 CANADA ONTARIO QUEBEC F12オンタリオ州カナダケベック

outube   

au fil des années AU CANADA L'ARTISTE PEINTRE  CLAUDE DUBOIS  de1968 a 2015
voir aussi le site:   
http://www.claude-dubois.odexpo.com
長年にわたりカナダの画家クロード・デュボアde19682015を持っています
また訪問:http://www.claude-dubois.odexpo.com

Im Laufe der Jahre hat CANADIAN MALER CLAUDE DUBOIS de1968 2015
auch unter: http://www.claude-dubois.odexpo.com

country music mix - 4 of 4 カントリーミュージックのミックス - 44の

outube   
カントカントリーミュージックのミックス - 44ックス - 44

ETUDE PAYSAGE URBAIN PEINTURE OIL AND WATERCOLOR エンスイートJUINらjuilletの2015(.ETUDEのPaysage URBAIN AMERIQUE DU NORD)

youtube   

SUITE  en juin et juillet 2015 (.ETUDE PAYSAGE URBAIN AMERIQUE DU NORD )
6月と2015年7月にSUITE(.ETUDE都市景観NORTH AMERICA)

Riverdance 2014


Wednesday, 6 April 2016

HARMONICA Country - Western " GERONIMO "


FILM N° 9 voyage d'etude pour ma peinture

youtube   

voyage pour ma peinture avec mon fils au Canada ,( Montréal et aussi a New-York )en juin et juillet 2015 (.ETUDE PAYSAGE URBAIN AMERIQUE DU NORD )

Between you and me  The school helps to nurture people who have intelligence artistic, a singular talent.
  The other, the vast majority will go to other occupations list is long, art teacher, museum worker, landscaper, advertising etc....
  Artistic ambition does not mean STABILITY.


adresse de mon site:
http://www.claude-dubois.odexpo.com
SUITE en junio y julio de 2015 (.ETUDE PAISAJE URBANO DEL NORTE AMERICA)
6月と2015年7月にSUITE(.ETUDE都市景観NORTH AMERICA)

Tuesday, 5 April 2016

Colebrookdale Railroad History

                                
                                       

  pencil by Claude Dubois  old line Montreal Chicago


A short, informal history of the Colebrookdale Railroad--the Secret Valley Line--narrated by John Genther. Copyright 2011 Colebrookdale Railroad Preservation Trust. All Rights Reserved. www.colebrookdalerailroad.com
 

Country Music Dance Line - Summer Show



Summer show: live country line dance; music track has been substituted.


Monday, 4 April 2016

Gran galà of skating in Turin (Italy) [With C. Kostner & E. Plushenko]

in Turin (Italy)

 
All the big stars of skating!!!
At the lacia Ice Gran galà of Skating, at the Olympic site of Palavela, in Turin (Italy)

Orthodox Jewish children singing, very cute




                     Rachel's Tomb watercolor of Claude Dubois
                              צבעי מים קבר רחל של קלוד דובואה   

chrysanthemum picture

                  chrysanthemum picture has oil Claude Dubois in his individual style
 
 
Photo

Thinker

                                 Thinker oil Claude Dubois
                                       in his personal style

all against you

                        all against you oil Claude Dubois
   Medal of money first title Honoris Cauza LONDRES en   the 1985 festival

Saturday, 2 April 2016

Art contemporain : « En France, c’est l’État qui dirige la création » et cause sa chute




Art contemporain : « En France, c’est l’État qui dirige la création » et cause sa chute



À l’occasion de la sortie de son dernier livre L’imposture de l’art contemporain, Contrepoints a rencontré Aude de Kerros. Aude de Kerros est graveuse, artiste peintre et l’auteur de plusieurs essais sur l’art et la culture. Pierre-Louis Gourdoux a dirigé cet entretien.
Il s’agit de votre troisième livre sur le thème de l’art contemporain. Livre dans lequel vous fournissez une explication précise des mécanismes à la fois culturels, politiques et financiers qui ont engendré un système de création de la valeur inédit ainsi que des applications et utilités qui n’ont plus grand-chose à voir avec ce qui était considéré communément comme de l’art..
Votre livre est le fruit d’une longue analyse. Quel en a été le point de départ ?
En lisant le journal, en 1994, j’apprends qu’une œuvre de Jasper Johns reproduisant le drapeau américain vient d’être vendue pour une somme hors normes. Je n’avais jamais entendu parler de cet artiste américain. J’ai  constaté que la somme atteinte par ce petit format de la « bannière étoilée » était cinq fois plus élevée que le prix de vente d’un château de la Renaissance, historique et orné de fresques du Primatice acquis au même moment en France.
Je ne comprenais pas comment un tel événement avait pu se produire si brutalement et je me sentais manipulée de ce fait. En effet, le marché financier et le marché de l’art avaient connu un krach historique trois ans plus tôt, les cotes, tant celles de l’art que de l’AC1, étaient au plus bas et l’ambiance fort peu spéculative.
Je me posais donc la question : comment se fabrique la valeur d’un produit d’Art contemporain sans valeur intrinsèque et ne répondant pas à des critères esthétiques ?
Comment avez-vous obtenu les informations que vous recherchiez ?
On trouve beaucoup de faits dans la presse. La difficulté consiste à faire des liens entre eux et à comprendre le fonctionnement. Passé l’an 2000, l’accès à de multiples sources sur Internet a permis de comparer l’information disponible et d’avoir un coup d’œil international. Les journaux anglophones sont plus factuels et intéressants à cet égard. Les journaux français favorisent plutôt l’interprétation, ce qui occulte parfois les données. Enfin, Artprice, source majeure depuis sept ans, pratique depuis un an l’information en continu sur le marché de l’art mondial. Ce n’est pas sans calcul… mais grâce à cela beaucoup de choses deviennent de plus en plus compréhensibles.
En France, l’État dirige la création, et l’accès à l’information dans le domaine de l’art est problématique. Depuis vingt ans, des artistes comme Fred Forrest réclament aux autorités publiques de publier les chiffres relatifs aux achats publics d’œuvres contemporaines ainsi que les critères ayant présidé à la commande publique. Fort des règles de droit public, Fred Forest a fait un procès à Beaubourg, en raison de son refus de donner le prix d’achat d’une œuvre entrée dans ses collections ; il a gagné le procès en instance et perdu en appel. Ses juges ont créé une jurisprudence : les achats d’art échappent à l’application du droit qui régit les marchés publics. C’est ainsi que cette jurisprudence a confirmé le droit au secret autour des transactions de l’État sur l’art. De même, le statut du corps des Inspecteurs de la Création, créé par Jack Lang en 1983, est aussi une exception administrative : ces fonctionnaires ne sont pas astreints à fournir arguments, critères et justifications concernant leurs choix artistiques. Ils n’ont aucun compte à rendre de l’argent public qu’ils utilisent au contribuable. Les ressorts et les pratiques de la vie artistique en France demeurent dans l’ombre.
Comment s’est opérée l’éviction des artistes non conceptuels sur la scène française ?
C’est en effet un problème spécifiquement français, lié en grande partie à l’intervention massive de l’État dans le domaine de la création. De 1983 à nos jours, les inspecteurs de la création ont fait le choix d’un seul courant artistique, le conceptualisme, et ont exclu tous les autres pour cause de « non – contemporanéité ». Ils appartiennent à un archéo-courant intellectuel très présent dans le fonctionnariat d’art et l’Université française qui croit religieusement au sens déterminé de l’histoire.
Après la chute du marché de l’art en 1990, l’État est devenu l’unique filière de consécration en France. La Direction des Arts Plastiques a pu créer grâce à une politique de subventions, de reconnaissance et de faveurs, un réseau unissant associations, mécènes, collectionneurs, critiques d’art, presse et galeries amies. Ainsi l’intervention massive de l’État et son réseau a tué la concurrence, c’est-à-dire galeries et filières de consécration défendant les artistes non labélisés par la rue de Valois. Le marché n’étant plus florissant comme lors des années 1980, leurs moyens financiers ont décliné et la visibilité des courants non officiels a disparu des médias.
Cette concurrence déloyale de l’État est spécifique à la France. Dans l’international on constate une diversité. Dans la plupart des pays existent, simultanément, le très haut marché international de l’AC conceptuel et des marchés plus enracinés, moins financiarisés aux courants multiples, soutenus par des amateurs plus passionnés que spéculateurs.
C’est un fait : l’effondrement momentané du marché, en 1990, a favorisé l’apparition d’un art officiel rigoureux en France. Sa légitimité, qu’il est interdit de contester sous peine de passer pour un fasciste, vient de la théorisation ce cet art présenté non seulement comme seul « contemporain », mais aussi  comme seul moralement acceptable.
Le discours officiel est élaboré et enseigné par le clergé universitaire. Les facultés qui forment à la Licence d’Art plastique et les Écoles des Beaux Arts sont les lieux privilégiés de son apprentissage, couronné par des diplômes. L’enseignement de la doxa est au centre de la formation artistique. Qui plus est, artistes, inspecteurs, médiateurs, journalistes, critiques, curateurs et commissaires suivent pour ainsi dire la même formation. Ils forment un milieu homogène, fermé, soudé par une doctrine.
Que l’État n’achète plus les œuvres non conceptuelles, c’est une chose, mais pourquoi  les artistes non officiels n’ont-ils pu continuer à vivre des achats et dons privés ?
Acteur dominant dans le domaine de la création, l’État a formé un réseau unique de consécration. Il a satellisé mécènes, médias, galeries, collectionneurs de son choix et formé, de fait, une entente et un  trust.
Au bout de 33 ans de ce système, même dans les campagnes les plus reculées de France, tous les lieux de visibilité et de légitimité du prestigieux patrimoine ont été progressivement réservés aux officiels. Les artistes autonomes n’y ont plus accès alors même que les galeries privées connaissent une grande crise. Quant aux journalistes des grands médias, dont l’intervention est absolument nécessaire pour acquérir une notoriété, il n’est plus question pour eux d’aller à la découverte. Sollicités par leurs journaux qui dépendent de leurs annonceurs, choyés par le Ministère de la Culture et de la Communication, ils s’alignent sur le jugement des inspecteurs. Un journaliste ne se déplace plus sans jeter un coup d’œil préalable sur le carton d’invitation. Il vérifie la présence des logos de rigueur : celui du Ministère, ceux des grands groupes mécènes et l’indéfectible patronage d’un grand média prescripteur. Selon leur accumulation prestigieuse, il peut anticiper la qualité du champagne et le prestige des invités qu’il aura ainsi l’occasion de  rencontrer !

Comment s’est traduite l’action des inspecteurs ?
En 1983, quand Jack Lang crée les  « inspecteurs de la création », il les coopte  hors du circuit de la fonction publique et du corps fort savant des conservateurs, jugé incompétent pour juger de l’AC. On cite toujours comme exemple, l’après-midi « historique » pendant lequel ont été nommés 23 très jeunes fans de l’AC pour diriger les 23 FRACs tout juste créés. Ils se virent confier la responsabilité de dire ce qui est de l’art et ne l’est pas, sans débat ni contradiction ni justification de leur part. Leur statut fut précisé par décret en 1993. Un  concours fut prévu. Quoi qu’il en soit depuis plus de trois décennies, ils sont choisis selon un profil idéologique très homogène. Leurs carrières se déroulent dès lors sur quatre décennies…  On imagine combien un tel système peut devenir stérilisant pour la création  d’un pays tant il est défendu par le secret, l’entre-soi et l’arbitraire institutionnalisés.
 
Pourquoi favoriser les artistes étrangers ? Quel pouvait être le bénéfice politique de cette décision ?
L’Amérique a bien reçu et bien traité les jeunes et fringants inspecteurs. Ils y ont pris goût à New York et se sont laissés convaincre que « Paris is has been ».

Pourquoi cette politique a-t-elle perduré, malgré les changements de ministre et de majorité ?